Email facebook twitter
JOLANDA

Dragi Jean,

prozori su noćas bili širom otvoreni, kiša je padala na limove glasno, mirisalo je na Portugal, Pessou i more, vrša od srca bila je raskriljena i spremna krenuti u zagrljaj prvoj budnoj uspomeni, i onda, kad sam se prenuo il možda još nisam, mi sjedimo na zidiću ispred male crkve koja podsjeća na Sv. Andriju na Čiovu, mršavi smo i zubati, preplanuli i polugoli, ti i ja s dvadeset i nešto i s tim fantastično zgodnim curama i nekim smiješnim psom (halfborder mixbreeder bi mogao biti, ne znam jel naš il se tek pridružio), Martina ima dugu sjajnu kosu što se vjetru jako sviđa pa joj ne da mira dok pokušava složit neki sendvič čini mi se, a Ana Marija skroz kratku, ko na Cvjetkovim fotkama s vjenčanja na Braču, ovo je naše prvo zajedničko putovanje i napokon smo evo dohvatili taj odavno obećani Lisabon, ljeto tek počinje i ovo je razglednica koju nam pišem da nas dočeka kad odrastemo i kad nam možda postanu važni, važniji nego sada (dok odjednom niotkud započinje pjesma), svi ti mali dokazi da nismo samo sanjali, da smo zbilja bili ovdje, da su prozori noću širom bili otvoreni i da je kiša padala glasno dok je s trga dopirala pjesma, ljudi su svirali stojeći na kiši i ja sam bio sretan što nisam sve to opet samo izmislio, to da ljudi ljudima sviraju i pjevaju stojeći na kiši, i bio sam zato malo i ponosan jer sam to znao, još kao klinac, da toga negdje sigurno ima i da ću to jednog dana naći, to da djevojke u pola devet ujutro ostavljaju sandalice i nasmiješeno zatvaraju oči dok polako šire ruke započinjući ples na trgu kod jardima Santa Catarine... tko se tome ne bi pridružio Jeane, u refrenu se spominje Jolanda, možda je to ime pjesme, moram i to zapisati da je jednom lakše nađem, jednom kada zagusti i kad nam zbilja zatrebaju dokazi...


Cher Jean,
Les fenêtres étaient grand ouvertes cette nuit, la pluie était bruyante sur les tôles, ça sentait Portugal, Pessoa et la mer, le filet du coeur était déployé et prêt à embrasser le premier souvenir éveillé, et puis, quand je m’en suis remis, ou peut-être pas encore, nous voilà assis sur un petit muret d’une église qui ressemble à St Andrrija sur l’ile de Ciovo, nous sommes minces et dentés, bronzés et à moitié nus, toi et moi qui avons une vingtaine d’années et avec ces filles merveilleusement jolies et un chien un peu ridicule (peut-être un halfborder mixbreeder, je ne sais pas si c’est le notre ou s’il vient de nous rejoindre), Martina a de long cheveux brillants ce qui plait beaucoup au vent qui ne la laisse pas tranquille pendant qu’elle essaye de préparer un sendwich on dirait, et Ana Marija a des cheveux très courts, comme sur les photos de Boris C du mariage à Brac, c’est notre premier voyage ensemble et enfin nous avons atteint cette Lisbonne promise depuis longtemps, l’été vient de commencer et c’est une carte postale que je nous écris pour qu’elle nous attende quand on sera grands et quand nous trouverons importantes, plus importantes qu’à présent, toutes ces petites preuves que nous n’avions pas rêvé, qu’on a vraiment été là, que les fenêtres étaient grand ouvertes et que la pluie était forte pendant qu’on entendait une chanson depuis la place, les gens jouaient sous la pluie et j’étais heureux que tout ça je ne l’ai pas inventé une fois de plus, que des gens jouent pour des gens et chantent debout sous la pluie, j’en était même un peu fier car je le savais, encore enfant, que cela existe quelque part et que je le trouverai un jour, que les jeunes filles quittent leur petites sandales à huit heures et demi du matin, qu’elles sourient en fermant les yeux et ouvrent doucement les bras et commencent la danse sur la place près du jardin de Ste Catherine…. Qui ne se joindrait pas à une chose pareille Jean, dans le refrain on parle de Jolanda, c’est peut-être le titre de la chanson, je dois le noter ça aussi pour la trouver plus tard, le jour où il y aura l’urgence et que nous aurons vraiment besoin des preuves….

 

(prijevod na francuski Martina Kramer)